JIB..CUBE.GALLERY


......................................................Frédérique Metzger


Illustration. Hokusaï, (époque d’ Edo), détail

“Bésame, bésame mucho...”


La boîte, la maison, la cage sont dans mon travail des espaces- prétextes, lieux familiers qu’habite ou hante une présence étrange et sulfureuse, quelque chose qui se dit ici de façon trouble et se libère, ailleurs, dans l’entortillement jubilatoire ou l’épidémie.

Il me fallait envisager le cube de verre comme un autre espace, lisse et transparent donc sans dimension secrète , mais toutefois clos. Peut-être un étal où froufrouteraient des viscères, ou un peep show pour une sculpture à postures multiples…

A Jarnac, au Japon, au Danemark la vitrine pouvait devenir aussi vivarium , serre … milieu où s’acclimaterait une sculpture de compagnie, rampant sur les parois comme un lierre ou tapie comme un bernard l’ermite dans cette coquille cubique.

Entre ces différentes tentations narratives, la sculpture s’est construit une forme et un sens tentaculaires, une diversité de possibles « accroches ».
Des bras, des bouches .
Une sculpture pour « embrasser » l’endroit où elle se trouve.
Langoureuse. Peut-être bien vénéneuse aussi.

Frédérique Metzger
Juin 2005
Kiss me, kiss me again... “


My work about space involves boxes, houses, and cages - familiar places and objects, lived in and haunted by an alien or malign presence. Something here that would be described as troubling and liberating and elsewhere as a mixture of jubilation and pestilence.
I see the glass cube as another space, smooth and transparent, without a secret dimension, but nevertheless enclosed. Possibly like a market stall, a churning stomach or a peep show for a sculpture in multiple positions ...
In Jarnac in France, Japan and Denmark the cube could also become a vivarium, a green house ... a place where one could introduce a ‘ pet sculpture ‘, like ivy creeping on the surfaces or like a hermit crab hidden away in this cubic shell.
Within these various possibilities, the sculpture’s shape and feeling is of tentacles, offering many ways of ‘ hanging ‘ the work.
Arms and mouths.
A sculpture to kiss the space within which it finds itself.
Languishing. Maybe poisonous as well.






Frédérique Metzger
June 2005
Abtffn................................................................................................retour aux archives