Abtffn..............................................................................:::::tilbake.retour à ecnanosèr

Points particules et paradoxes, l’univers synectique d’Elisabet Norseng.
par Einar Petterson

extrait :
«........... Reflexions métaphysiques sur le point
......Lorsque l’on les regarde d’une certaine distance, les points de Norseng semblent être des points. Ceci est dû à notre inhérent besoin d’abstraire les phénomènes visuels complexes en des concepts facilement compréhensibles. Si l’on regarde ses points de près avec une loupe, on voit qu’ils sont complexes et présentent une qualité de texture. Que l’artiste ait créé ces points avec l’aide d’instruments optiques grossissant ou non -ainsi que le firent des artistes de générations antérieurs qui peignaient avec des pinceaux en poils de sangliers et des grosses loupes; que l’artiste désire ou non ou ait eu l’intention ou non de les faire regarder à la loupe n’est pas certain. Si toutefois on le fait, on sera étonné de la subtilité avec laquelle ces points apparaissent. Vu à l’aide d’un microscope, ils se transforment en galaxie de points et de tons comme s’ils étaient vus à distance. Et ceci n’est ni coïncidence, ni surprenant pour ceux ayant simplement une connaissance superficielle de l’histoire de la science et de la pensée. .....

Relations
... la personne qui observe et étudie ses dessins se voit forcée à se demander : pourquoi deux, trois ou plusieurs points ? Comment l’artiste décide-t-elle où les placer sur le papier vierge blanc ? quelles sont les relations entre les marques et la taille, la forme et la texture du support sur lequel ils sont dessinés ? deux points sont toujours sur une ligne. Plus de deux points peuvent impliquer soit plusieurs lignes, ou corps flottants ou bien se déplaçant quelque part dans un espace illusoire. Comment doit-on lire ou expliquer la configuration des points ? Existent - ils sur une même surface plane géométrique du papier ? est-ce que la blancheur autour d’eux implique un espace de l’univers dans lequel ils flottent et résident ? Doit-on les voir comme des signes, marques ou représentations, l’artiste préfère - t’elle une interprétation à une autre ?
Les questions de relations entre les marques, signes et points dans ses dessins sont beaucoup plus insistantes et persistantes qu’une seule interprétation possible. L’étude renouvelée du dessin concret et la réflexion autour de son sens possible ne mènent qu’à une insécurité croissante en ce qui concerne une interprétation correcte. La personne qui étudie les dessins et approfondie son étude et contemple les relations qui sont impliquées dans les dessins de Norseng, devient progressivement consciente du nombre croissant d’interprétations de stratégies, et abandonnera éventuellement le désir d’obtenir des certitudes au sujet des dessins ou de leur signification.
La tension créée dans la personne qui étudie les dessins entre le désir de déchiffrer et l’impossibilité de décoder les points et les relations entre eux et la feuille de papier blanche reste l’une des plus grandes qualités esthétiques des dessins de Norseng.


Expression et individualité abstraites

Ayant abandonné l’ambition d’établir un sens unique et définitif des relations multiples des points de Norseng il est tentant d’en étudier leurs qualités individuelles. Et il y a une grande variété à découvrir .. des points sont plus grands que d’autres. Ils sont dessinés de façon différentes, avec des détails variés . Parfois la plume est pleine d’encre et s’est permis de se reposer sur la surface fibreuse que le papier est capable d’absorber, créant ainsi une auréole de tons autour du centre sombre. Parfois le fusain est déposé de façon irrégulière partiellement écrasé et couvrant partiellement intensément la surface de la fibre délicate du papier. Chaque point est différent et intentionellement unique - un fait qui leur donnent une qualité de vie, une personnalité même. Des groupes de points ou de marques peuvent ainsi être perçus comme des groupes de personnages ou d’individus. Et la personne qui étudie les points peut être amenée à leur attribuer des qualités humaines ainsi qu’aux compositions et configurations de marques . .... etc ...

La feuille vide

Il n’y a pas de doute que le papier blanc sur lequel Norseng fait ses marques est extrêmement important dans l’expérience esthétique de son travail. La blancheur et le vide de la feuille est en relation intime et indissociable de l’emplacement et des caractéristiques des marques dessinées. La perception des marques et médiums ne peuvent pas être comprises isolément l’une de l’autre. La taille, la forme , texture et l’encadrement de la feuille blanche déterminent et sont déterminés par les marques qui y sont déposées...


Moins et plus

Ce qui est important dans les dessins de Norseng est qu’ils stimulent la reflexion et l’acte contemplatif sur des questions fondamentales, qui n’ont pas de réponses absolues. Plus que d’autres artistes qui librement et volontairement réduissent leur répertoire d’outils esthétiques au minimum, les points de Norseng frustrent et ils refusent constamment l’explication adéquate. Des peintres du domaine de la couleur tel Barnett Newman par exemple ont réduit leur moyen d’expresion à la couleur, parfois à une seule couleur. Les plaisirs physiques et sensuels de se trouver plongé dans leur champ énorme de couleur apportent occasionellement une certaine compensation. Les boites d’aluminium minimalistes de Donald Judd communiquent des relations de proportions et de mathématiques qui peuvent être appréciées de façon parfois superficiel ou bien non -cognitive. On peut également jouir de la haute qualité de l’exécution de l’œuvre de façon simple et non intellectuelle. Les peintures calligraphiques monumentales de Franz Kline, imitation d’un monde héroïque possible et plus grand que notre propre monde peuvent provoquer en nous un plaisir émotionel.
Les dessins de Norseng quant à eux, offrent initialement des plaisirs moins tangibles, sensuels ou esthétiques et demandent à celui qui regarde un engagement plus grand. Plus la personne investit en comtemplation, plus elle sera comblée esthétiquement, émotionellement et cognitivement . Ceci est peut-être leur constante et principale qualité.